ALEXANDRA POLINA

Ouzbékistan

Vit et travaille à Hamburg

site web

Steindamm-Atlas

10h > 18h - Lundi au dimanche

Biographie

Alexandra Polina est née en Ouzbékistan. Elle a étudié le journalisme à l'Université nationale d'Ouzbékistan à Tachkent. Elle a obtenu en 2017 un diplôme de maîtrise en art et design à l'université des sciences appliquées de Bielefeld (Allemagne). Actuellement, elle travaille en tant que photographe indépendante.
Le sujet principal de son travail s'est toujours concentré autour des thèmes de l'immigration et de l'identité, notamment leurs aspects sociaux et émotionnels. Après avoir passé vingt ans dans son pays d'origine, Alexandra s'est installée en Allemagne, une expérience qui a changé sa vie. L'histoire personnelle et l'identité de la photographe transparaissent dans son travail à travers les domaines de la photographie mise en scène et des thèmes documentaires.

Présentation

Quand j’ai visité Hambourg pour la première fois, mes amis m'ont emmenée déjeuner sur le Steindamm. Cet endroit m'a bouleversée, irritée et inspirée. Ici cohabitent restaurants orientaux, prostitution, vente de diamants, mosquées, sex-shops, une clinique à méthadone et divers magasins proposant des produits du monde entier. J'ai entendu plus de langues se mêler ici que partout ailleurs à Hambourg. Presque toutes les villes européennes comportent ce genre de rue.
Il y a trois ans, j'ai emménagé dans une maison située au milieu de Steindamm.
Depuis, j'observe la vie de la rue, en tant que personne privée, mais aussi en tant que photographe. Je m'intéresse principalement aux communautés locales et à leurs styles particuliers. Le langage visuel très lisible des images vise à éclairer ce qui passe inaperçu dans le chaos du quotidien. J'examine de près ce quartier marginalisé, en capturant les histoires de la rue à travers les détails tout en célébrant les choix esthétiques individuels.
J’ai grandi dans une minorité d’une ville multiethnique d'Asie centrale, et je suis moi-même attirée par les couleurs vives et les textures riches. J'aime rompre les catégories esthétiques classiques et mettre en évidence les mélanges permanents qui bousculent les normes formelles de la société occidentale.