Boutographies

Les lauréats 2019

LES LAURÉATS DES BOUTOGRAPHIES 2019

JURY 2019

Laura Serani (Présidente du jury)
Commissaire d'exposition

Erik Vroons

Journaliste invité pour GUP Magazine

Alban Lécuyer

Photographe
Nicolas Havette
Commissaire / Directeur artistique de la fondation Manuel Rivera-Ortiz / Artiste
Christian Maccotta

Directeur artistique des Boutographies

 
Patricia Morosan 01 © Patricia Morosan

PRIX DU JURY

Patricia Morosan
Roumanie
(I) Remember Europe

Le Prix du Jury est doté de 1000 € de la part du festival et d'un achat d’oeuvre par la ville de Montpellier pour une valeur de 2500€

Le choix final du jury s’est porté sur une proposition qui allie la force individuelle de chaque image, la capacité à installer une atmosphère d’ensemble puissante et cohérente, et un regard particulier sur une question essentielle, celle de l’identité européenne.

En partant à la recherche des lieux auto-désignés comme « centres géographique de l’Europe », Patricia Morosan pose la question des limites de cette entité qui peine à se définir. En mettant l’accent sur la répartition de ces lieux, tous situés dans des pays de l’ex « bloc soviétique », elle nous rappelle que le cœur de l’Europe, s’il reste difficile à localiser, se situe beaucoup plus à l’Est que l’histoire de l’après-guerre et la construction européenne occidentale ont bien voulu nous le laisser croire. Avec ce retour à la géographie,  c’est à un déplacement de point de vue éclairant sur ce qui se joue aujourd’hui en Europe -a fortiori dans le contexte du détachement de la Grande-Bretagne- que nous convie Patricia Morosan. Son attention très sensible à des territoires et à des personnes à la fois centraux et marginalisés nous engage à revoir certaines appréhensions « occidentalo-centrées » de l’espace européen et de son devenir.

 

 

Christian Maccotta,

Directeur artistique des Boutographies

Rencontres Photographiques de Montpellier

 

 
Sébastien Cuvelier 05 © Sébastien Cuvelier

COUP DE COEUR RÉPONSES PHOTO

Sébastien Cuvelier
Belgique
Paradise City

Le Coup de coeur Réponses photo est doté par notre partenaire Réponses photo par une parution rémunérée d’un portfolio dans le magazine

Le prix récompense le travail d'un photographe de la sélection officielle.

Trois prix ont donc cette année été attribués à Sébastien Cuvelier pour sa série Paradise City, un récit de voyage photographique à travers l’Iran, autour de la notion de jeunesse et de paradis : « Le mot pa- radis vient du persan paridaida, “jardin emmuré, clôturé”. Je me suis dit que, pour les gens qui y habitent, l’Iran est comme un grand jardin clôturé. Tous ces jeunes que j’ai rencontrés vivent dans cette optique : ils adorent leur pays, ils sont dans leur jardin, mais soit ils veulent en sortir physiquement – aller en Europe, aux Etats-Unis, au Canada –, soit ils veulent s’échapper par des contacts avec des gens comme moi, les nouvelles technologies ou les réseaux sociaux. »

La rigueur et la sensibilité de son travail ont su séduire public et professionnels, menant le belge à une consécration rarement vue dans l’histoire des Boutographies !

Une mention spéciale à titre honorifique lui a également été attribuée par le jury.

 
 
 
 
 
Sébastien Cuvelier 05 © Sébastien Cuvelier

PRIX DU PUBLIC

Sébastien Cuvelier
Belgique
Paradise City

Le Prix du Public est doté par notre partenaire Photon, d'une aide à la production à hauteur de 500€ pour et soutenu par le magazine La Gazette de Montpellier.

Le prix récompense le travail d'un photographe de la sélection officielle.

Trois prix ont donc cette année été attribués à Sébastien Cuvelier pour sa série Paradise City, un récit de voyage photographique à travers l’Iran, autour de la notion de jeunesse et de paradis : « Le mot pa- radis vient du persan paridaida, “jardin emmuré, clôturé”. Je me suis dit que, pour les gens qui y habitent, l’Iran est comme un grand jardin clôturé. Tous ces jeunes que j’ai rencontrés vivent dans cette optique : ils adorent leur pays, ils sont dans leur jardin, mais soit ils veulent en sortir physiquement – aller en Europe, aux Etats-Unis, au Canada –, soit ils veulent s’échapper par des contacts avec des gens comme moi, les nouvelles technologies ou les réseaux sociaux. »

La rigueur et la sensibilité de son travail ont su séduire public et professionnels, menant le belge à une consécration rarement vue dans l’histoire des Boutographies !

Une mention spéciale à titre honorifique lui a également été attribuée par le jury.

 
Anita de Roquefeuil Siberia from future past 11 © Anita de Roquefeuil

COUP DE COEUR PHOTON

Anita de Roquefeuil
France
Siberia, from future past

Le Coup de coeur Photon est doté par le partenaire d'une aide à la production à hauteur de 1000€ et par une exposition dans la galerie du partenaire du mois de juin au mois de septembre.

Le prix récompense le travail d'un photographe de la sélection officielle.

Il revient à Anita Roquefeuil pour sa série Siberia, from future past qui offre une vision particulièrement pertinente des communautés slaves de la Russie et ex-URSS, la démarquant de nombreux autres travaux sur le sujet. Mêlant scènes de la vie quotidienne et paysages sibériques, la photographe a su retranscrire avec une grande précision la complexité de cette période, transportant le spectateur vers des horizons quasi oubliés.

 
 
 
 
 
 
 
Sébastien Cuvelier 05 © Sébastien Cuvelier

COUP DE COEUR LES JOURS

Sébastien Cuvelier
Belgique
Paradise City

Le Coup de coeur Les Jours est doté par le partenaire d'une parution rémunérée pour un portfolio dans le magazine

Le prix récompense le travail d'un photographe de la sélection officielle ou de la projection du Jury.

Trois prix ont donc cette année été attribués à Sébastien Cuvelier pour sa série Paradise City, un récit de voyage photographique à travers l’Iran, autour de la notion de jeunesse et de paradis : « Le mot pa- radis vient du persan paridaida, “jardin emmuré, clôturé”. Je me suis dit que, pour les gens qui y habitent, l’Iran est comme un grand jardin clôturé. Tous ces jeunes que j’ai rencontrés vivent dans cette optique : ils adorent leur pays, ils sont dans leur jardin, mais soit ils veulent en sortir physiquement – aller en Europe, aux Etats-Unis, au Canada –, soit ils veulent s’échapper par des contacts avec des gens comme moi, les nouvelles technologies ou les réseaux sociaux. »

La rigueur et la sensibilité de son travail ont su séduire public et professionnels, menant le belge à une consécration rarement vue dans l’histoire des Boutographies !

Une mention spéciale à titre honorifique lui a également été attribuée par le jury.


 
 
 
 

Navigation