Boutographies

Sélection officielle

PHILIPPE LEROUX

France, vit et travaille à Marseille

Brassage

Edition 2018

Philippe Leroux Brassage 014 © Philippe Leroux
Philippe Leroux Brassage 010 © Philippe Leroux Philippe Leroux Brassage Texte Slimane A4 4 © Philippe Leroux Philippe Leroux Brassage 01
Philippe Leroux Brassage 02 Philippe Leroux Brassage 03 Philippe Leroux Brassage 04
Philippe Leroux Brassage 05 Philippe Leroux Brassage 06 Philippe Leroux Brassage 07
Philippe Leroux Brassage 08 Philippe Leroux Brassage 09 Philippe Leroux Brassage 11
Philippe Leroux Brassage 12 Philippe Leroux Brassage 13 Philippe Leroux Brassage 15
Philippe Leroux Brassage 16 Philippe Leroux Brassage 17 Philippe Leroux Brassage 18
Philippe Leroux Brassage 19 Philippe Leroux Brassage 20  
Présentation

Ils sont arrivés par la mer. Slimane, Artak, Alain, Hayarpi, Hasmik marchent sur l’eau. Leur silhouette se détache sur l’horizon azuréen. Leur visage est grave. Le regard porte loin. La fatigue ne soustrait rien à leur détermination. Avant, ils ont franchi les montagnes, traversé les villes, abandonné parents et amis, quitté la maison familiale. Partir pour travailler, payer pour trouver refuge, payer pour ne pas mourir, s’exiler pour échapper à l’ostracisme, à la guerre, à la misère. Partir pour sauver ses enfants. Ils ont rêvé d’asile, ils en rêvent toujours. Qui peut renoncer au rêve d’asile ?
Après ? Des ombres. Comment bâtir un chez-soi quand tout appelle à devenir invisible, indécelable, quand tout oblige à se fondre dans la masse corvéable et indistincte des exilés, des demandeurs d’asile, des réfugiés ? Peu importe la multiplicité des histoires, les singularités, car les voilà tous baptisés d’un nouveau nom : Migrants. Voilà leur nouvelle carnation. Voilà le nouveau magistère moralisateur : se conformer ou disparaitre du regard de l’autre. Voilà leur paysage.
Mais voilà aussi ce que l’on lit dans le paysage : la géomorphogenèse des pas et des traversées, la matière des temps immémoriaux ; foulées solidifiées dans l’argile grise, terrils des pieds et semelles qui gambillent et se mélangent aux pattes du héron cendré, du martin-pêcheur et de la sarcelle d’hiver ; sautillements d’oiseaux, petits pas de danse sur la mer, une robe dans l’eau, une fillette danse, des coques dans les mains, des visages dans le sable, une larme de méduse : Brassage.

Biographie

Né en 1964, Philippe Leroux se forme à la photographie en passant par la prise de vue en studio. Il formera plus tard le collectif Aquatre. Il reçoit plusieurs prix, le prix FNAC/NIKON pour « Ma tribu, Mon voisin, Mon monde », le coup de cœur AZART PHOTO pour Réminiscence et la Bourse du Talent reportage pour « Les mains bleues ». Présent deux fois aux Boutographies en 2009 et 2011, il participe à de nombreux autres festivals comme Manifesto (Toulouse), Itinéraires des Photographes Voyageurs (Bordeaux), Festival International du film documentaire (Nyons, Suisse)…

Lieu

Pavillon populaire
10h > 19h

 
 

Navigation