Boutographies

Les catalogues

Soutenez l'association en achetant le catalogue des Boutographies
Support the association by buying the catalog of Boutographies

En vente toute l'année à Montpellier

Espace Le Mur rouge
9 rue Joachim Colbert

pendant le festival

Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle

ou par correspondance

On sale during the year in Montpellier

Espace Le Mur rouge
9 rue Joachim Colbert

during the festival

Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle

or by order selling


Pour acquérir un catalogue. To buy a catalogue.

  1. Merci de remplir le formulaire en bas de page en indiquant le catalogue que vous souhaitez acheter. Please completing the form at the bottom of page and indicating the catalog which you wish to buy.
  2. Ensuite cliquer sur le bouton paypal correspondant à votre achat.
    Then click the paypal button corresponding to your purchase.

  3. Ou envoyez un chèque à l'ordre de "Association Grain d'Image" 9 rue Joachim Colbert 34000 Montpellier

En achetant un catalogue vous soutenez en même temps l'association. Merci!
To buy a catalog it's to help the festival. thank's

EDITION 2017 - français/anglais
couverture catalogue 2017

Les seize années écoulées depuis la création des Boutographies ont été celles de la rencontre avec les nouveaux talents, des débats et des confrontations avec les acteurs de la photographie européenne sous toutes ses formes. Pendant cette période fertile en découvertes, Les Boutographies ont affirmé leur projet sur une exigence simple et ambitieuse : montrer ce que la création photographique la plus contemporaine nous propose. Cela se traduit par une attention particulière à la façon de mettre en images, de représenter, de donner forme à ce qui accompagne et peuple nos vies, plutôt qu’aux évènements eux-mêmes, insaisissables par essence.

La programmation 2017 montre un large éventail d’usages de l’image photographique, tels qu’ils sont pensés et construits par les plus talentueux des quelques six cents photographes qui nous ont adressé leurs travaux. Certains produisent des images directement corrélées à des sensations physiques premières - odeurs, sons, perceptions visuelles pré-figuratives - images qui oblitèrent leur référent pour mieux exercer leur pouvoir d’évocation imaginaire ou symbolique. Christelle Boulé, Eun Chun et Jannemarein Renout en sont les représentants. Les autres auteurs présentés ici en accrochage ou en projection sont plus proches d’une narration photographique plus traditionnelle, mais n’exercent pas pour autant une lecture du monde qui échapperait au sensible, à la présence des corps et des regards dans un espace donné. Sandra Mehl, que nous accueillons pour sa première grande exposition dans sa propre ville, et Ali Mobasser font le simple constat de la présence d’individus auxquels leur propre vie s’est attachée, dans une relation forte de curiosité, d’empathie et de questionnements. Chez Zoé Van Der Haegen et Flaminia Celata (Prix Exchange-Fotoleggendo 2016), la nature porte la mémoire d’une présence humaine qui intervient sur les formes, les matières, et la substance des choses avant même d’exercer son pouvoir de mise en image du monde. Alban Lécuyer nous rapproche d’une démarche documentaire en dressant le portrait d’une ville, Phnom Penh, qui semble vouloir exorciser l’histoire d’une quasi-disparition en tant que cité sous le régime khmer rouge. Quant à Jennifer Niederhauser-Schlup, si sa série est structurée par un récit, c’est pour en assumer le caractère imaginaire, et nous rappeler la capacité de la photographie à soutenir des fictions par une « tentation de réalité » irrésistible. Olga Stefatou, Ikuru Kuwajima et Demetris Koilalous nous entraînent sur les routes et les chemins : ceux qui conduisent vers les origines, ceux qui s’en éloignent, et ceux qui parcourent inlassablement un même paysage, une même éternité minérale. Dans les trois cas, les déplacements dont témoignent les photographies sont perçus comme difficiles et nécessaires, épreuves de confrontation à ses propres pesanteurs, à ses attaches, et moments de surpassement de soi qui permettent de continuer à exister, ailleurs.

L’Orient, proche ou extrême, est particulièrement présent dans la sélection 2017. Ikuru Kuwajima est japonais et vit à Moscou. Eun Chun est une coréenne de Paris. Ali Mobasser est iranien et vit aujourd’hui à Londres. Olga Stefatou, grecque, a étudié à Pékin. Demetris Koilalous nous vient de Grèce également, c’est-à-dire de l’Europe la plus sud-orientale, alors qu’Alban Lécuyer nous montre un Cambodge en pleine reconstruction. Au moment où l’Occident est agité de doutes profonds et de régressions politiques inédites depuis des décennies, voilà les regards venus d’ailleurs qui ont attiré notre attention, aux côtés de ceux qui, ici, continuent de défricher le terrain de l’expression photographique avec des sensibilités diverses et une inventivité inépuisable.

Pour l’équipe des Boutographies
Christian Maccotta
Directeur Artistique

 

Edition Grain d'Image Paru le 07/05/2017 7.00 euros + frais de port 3,74 euros Format 15x21 72p français/anglais

10,74 €

 
Pages intérieures 2017
 
EDITION 2016 - français/anglais
 
Couverture catalogue 2016

La photogaphie occupe une place particulière et mouvante dans le champ artistique, dans la mesure où elle circule entre œuvre et document, témoignage social et expression intime, entre récit structuré du monde et évocation sensible. C’est d’ailleurs cette absence de prédestination qui en a fait très tôt un outil d’expérimentation fécond pour des artistes de toutes provenances. Le visiteur des Boutographies pourra parcourir l’ensemble de ces univers de représentation, faire un tour d’horizon significatif de la création photographique contemporaine. Tout ce qui est montré ici est porté par de jeunes, parfois très jeunes auteurs, dont le rapport à leur propre époque est impressionnant de sensibilité et de maturité en même temps. Les images photographiques sont associées au son, à l’image en mouvement, au texte et à la littérature, dans des scénographies souvent complexes et toujours argumentées. Les démarches elles-mêmes sont multiples : venues du documentaire, de la sociologie, des arts visuels, du cinéma ou du théâtre, mobilisant les réseaux sociaux et les thèmes scientifiques, elles montrent que ces jeunes auteurs s’inscrivent pleinement dans les questionnements artistiques et sociétaux d’aujourd’hui.
Après la Suisse en 2015, le monde germanophone est très présent en 2016, avec pas moins de quatre auteurs allemands et deux auteurs autrichiens. La présence autrichienne est notamment le fruit d’une collaboration avec nos amis de Fotohof, très actifs galeristes et éditeurs à Salzbourg, que nous accueillons à Montpellier avec grand plaisir. Le travail exceptionnel sur « Les machines qui sauvent » de Reiner Reidler, l’un des deux photographes autrichiens présents cette année, sera exposé à la faculté de médecine dans le cadre des liens que nous tissons avec les universités de la ville.
Sur le plan des collaborations avec des acteurs culturels européens, signalons encore la présence de l’excellente Ostkreuzschule für Fotografie berlinoise, école dont nous présentons des travaux depuis plusieurs éditions, et qui propose cette année une sélection de ses étudiants en projection. Le partenariat avec FotoLeggendo (Rome) se poursuit et se consolide, alors qu’un projet commun se met en place pour la première fois avec les festivals d’Odessa (Ukraine) et de Batumi (Georgie), déjà appariés entre eux, et dont les représentants sont venus nous rencontrer cet automne. Ce partenariat se traduit dès cette année par des échanges d’expositions entre nos trois manifestations, en avril et octobre.
Autour de la manifestation centrale se déroulent comme à l’accoutumée nombre d’évènements. Expositions Hors les murs dans une douzaine de galeries associées, lectures de portfolios avec les représentants d’une dizaine de festivals européens, projections, remises de prix, ateliers pour les scolaires et médiations par les équipes de La Panacée com- plètent le programme et font des Boutographies un temps fort pour les photographes et pour le public montpelliérain dans toute sa diversité.

Pour l'équipe des Boutographies,
Christian Maccotta
Directeur artistique


 

Edition Grain d'Image Paru le 06/04/2016 7.00 euros + frais de port 3,74 euros Format 15x21 72p français/anglais

10,74 €

 
Catalogue 2016 pages intérieures
 
EDITION 2015 - français/anglais
Couverture catalogue 2015

L’équipe des Boutographies s’associe à tous ceux qui défendent la liberté de parole et de pensée. L’équipe des Boutographies refuse, comme les gens de Charlie Hebdo, un monde de vérités absolues, de doutes interdits et de peur. L’équipe des Boutographies revendique, comme les gens de Charlie Hebdo, le droit de rire ou de pleurer de tout ce qui nous passe par la tête.
Les Boutographies changent de lieu tous les sept ans, ça leur porte bonheur ! De 2001 à 2007, c’était le quartier Boutonnet des origines, de 2008 à 2014, l’installation au Pavillon Populaire. Et de 2015 à… 2021, la Panacée ? C’est en tout cas dans ce magnifique endroit que nous sommes accueillis cette année, et nous en sommes très heureux pour le public et pour les photographes exposés. Centre de culture contemporaine, le lieu nous semble adéquat pour recevoir ce que nous avons à proposer : les formes les plus actuelles de la photographie de création en Europe, à la croisée des questions qui agitent les diverses formes de représentation en image. C’est notamment le cas avec Christian Lutz, photographe suisse déjà repéré par les Boutographies en 2009, dont la série Trilogie sur les pouvoirs politiques, économiques et religieux sera présentée pour la première fois en France dans ses trois volets. Le livre In Jesus’ Name qui en est l’un des aboutissements a été partiellement censuré suite à l’action d’une Eglise évangélique, et fait l’objet d’un débat important sous ses aspects artistiques et juridiques.
De nos voisins helvètes il sera encore question avec quatre auteurs représentatifs de la vitalité de la photographie contemporaine en Suisse. Romain Mader et Nadja Kilchhofer nous emmènent  dans leurs mises en scène loufoques, avec une imagerie qui serait une déclinaison actuelle des codes propagandistes des années quarante. Laurence Rasti, très jeune photographe issue de l’ECAL de Lausanne, aborde la question de l’homosexualité en Iran avec des images novatrices, assumant une part fictionnelle pour mieux approcher les vécus personnels. Olivier Lovey nous présente également un personnage bien réel, mais dont l’univers nous transporte dans un ailleurs de science-fiction. On peut rapprocher sa série de celle de l’allemand Mario Brand dans la mesure où, dans les deux cas, des images d’une rigueur toute scientifique ouvrent des voies vers des dimensions imaginaires de grande ampleur. Cet appel très fort à unau-delà du visiblenous est également adressé par Cyril Costilhes, avec une histoire personnelle dont les images résonnent à l’échelle de l’île-continent de Madagascar. Des formes photographiques plus proches du document sont proposées avec l’Irlande des gens du voyage de Birte Kaufmann, l’Andalousie d’Alvaro Deprit et la Russie d’André Lützen, trois situations en marge d'une certaine histoire européenne.
La photographie apportera encore sa capacité particulière à témoigner à la fois des êtres et des communautés qui les relient. C’est souvent au moment de l’adolescence que ce rapport de l’individu au social montre ses aspects les plus complexes. Emanuele Brutti et ses boxeurs adolescents, Heiko Tiemann et ses jeunes gens en fragilité psychique donnent des visages à cet âge marqué par une extrême perméabilité affective et une intense vie intérieure.
Enfin, nous verrons le retour à Montpellier de Michel Le Belhomme, photographe en perpétuelle recherche, à l’œuvre inclassable, désormais exposée dans le monde entier. Après une première sélection aux Boutographies dès 2011, c’est avec un grand plaisir que nous accueillerons sa nouvelle série Les deux labyrinthes, magnifique réflexion sur les pouvoirs d'illusion et d'enchantement de l'image.
Comme c’est désormais une habitude avec les Boutographies, la sélection officielle accrochée sera accompagnée des projections du jury, de nombreuses expositions hors-les-murs dans les galeries  partenaires, de temps de rencontre avec les professionnels du monde de la photo et d’actions en direction des publics scolaires. C’est donc une période prometteuse qui s’ouvre ce 4 avril et pour trois semaines, avec la photographie pour prétexte et pour objet de nos envies d’art, de culture et de rencontres.

Pour l'équipe des Boutographies,
Christian Maccotta,
directeur artistique

 

Edition Grain d'Image Paru le 04/04/2015 7.00 euros + frais de port 3,74 euros Format 15x21 64p français/anglais

10,74 €

 
Catalogue 2015 pages intérieures
 
EDITION 2014 - français
Catalogue couverture 2014

Si l’on devait qualifier d’un mot cette nouvelle édition de la manifestation, ce serait maturité.Ce sont toujours, majoritairement, de jeunes photographes qui viennent vers nous, informés qu’ils sont des conditions d’exposition et d’accompagnement très propices offertes par Montpellier. Mais la plupart de ceux qui accrocheront cette année sur les cimaises du Pavillon Populaire ont déjà franchi plusieurs étapes importantes dans l’affirmation de leur art. Documents, installations, mises en espace élaborées, images puissantes ou délicates : tous les travaux qui vous sont présentés témoignent d’un engagement sans concession dans le processus d’expression par la photographie. Ils couvrent, comme c’est la tradition aux Boutographies, un large éventail de représentations des mondes intérieurs et des mondes extérieurs. La photographie est dans son rôle quand elle fait ainsi affleurer, à la surface des êtres et des choses, ce qui les habite en profondeur : inquiétudes et fantasmagories, signaux pour l’avenir, signes de l’époque et sensations indéfinissables.
Pays de forte tradition photographique, d’où dont issus nombre d’auteurs contemporains remarquables, l’Allemagne est très présente cette année. Trois photographes - Jan Q. Maschinski, Regine Petersen et Ulrike Schmitz - et trois approches très différentes, mais aussi une expo malicieuse et irrévérencieuse envers les icônes de la Nouvelle objectivité allemande - les fameux époux Becher- par le jeune arlésien Swen Renault. Nous donnons également des échos des mondes lointains, mais, comme souvent aux Boutographies, avec des images inattendues, nées d’une relation intime aux lieux et aux espaces. C’est le cas avec l’après-Fukushima de Miho Kajioka, artiste japonaise installée à Barcelone, et le Proche-orient de Sara Munari, auteure italienne à la démarche très personnelle. Du nouveau documentaire aux images puissantes et inspirées montre la Russie des marges (Elena Chernyshova) et le Japon des Yakusa (Anton Kusters). Delphine Burtin, déjà présente aux Boutographies 2013 et repérée depuis par la fondation Aperture, est présente à nouveau avec une installation très élaborée. Marine Lupercale  présente ses images folles et magnifiques. Le monde de l’adolescence est présent avec la belle exposition de Titus Simoens, photographe venu d’Anvers, tandis que Marine Lanier, Maria-do-Mar Rêgo et Laura Lafon nous apportent des séries sensibles, marquées par une forte implication personnelle. Enfin, le festival Fotoleggendo vous fait découvrir un jeune auteur italien au travail enthousiasmant, à qui nous avons décerné le prix Echange de l’année : Giuseppe Moccia.
Vingt photographes sélectionnés en projection complètent les quinze « accrochés », ainsi  qu’une programmation Hors-les-murs qui s’enrichit cette année de nouveaux lieux et de talents de réputation internationale. Cette multiplication d’initiatives associées aux Boutographies donne l’occasion aux montpelliérains et à tous les autres, d’une très belle balade photographique dans la ville.

Pour l'équipe des Boutographies,
Christian Maccotta,
directeur artistique

 

Edition Grain d'Image Paru le 16/05/2014 5.00 euros + frais de port 3,74 euros Format 15x21 44p

8,74 €

 
Catalogue 2014 pages intérieures
 
EDITION 2013 - français
Couverture catalogue B13

Esprit de création, esprit de contradiction...
La photographie, banale et fascinante, fidèle ou imprévisible, est porteuse d’interrogations et de découvertes potentielles. Le photographe, lui, est un être réfléchissant, consentant ou contradicteur, doté de mémoire. «Les artistes ont pour eux l’esprit de création, la plus haute forme de l’esprit de contradiction » (Jean Cocteau).
Les photographes sont bien placés en cette matière et le projet de l’équipe des Boutographies est né – je crois - dans cet esprit, dans un geste spontané. Avec une bonne dose de folie positive (comment vivre sans elle ?). L’aventure en est à sa 13ème édition !
Assembler pour une exposition les oeuvres d’auteures et auteurs différents est un processus qui s’apparente à celui de la collection, un exercice difficile que j’ai pratiqué. Comme tout ne peut être conservé alors qu’idéalement des millions d’images pourraient ou devraient l’être, le conservateur (ou collectionneur) ne peut que laisser s’exprimer sa subjectivité, l’œuvre de l’un se fondant dans la préférence de l’autre. Les choses se passent différemment lorsque - c’est indispensable pour conjurer les a priori - les décisions sont prises par un jury. Celui-ci, que j’ai eu l’occasion de présider, était parfait. Avec une critique d’art, une galeriste, des photographes…, il était ouvert, impliqué, et chacun était à l’écoute de l’autre. Pour autant, entre arguments, contre-arguments et controverses, il faut choisir ! Choisir entre l’émotion suscitée par telle proposition, la perfection formelle d’une autre, l’implacable et indispensable témoignage rencontré par ailleurs et, pour un autre, décider de la juste corrélation – ou du hiatus - entre le propos et les images ! Il a donc fallu s’enfoncer, se perdre ensemble, pour se retrouver enfin dans un choix final qui est apparu à tous comme étant le meilleur. L’ensemble est éclectique, les œuvres de grande qualité.
Et cela même si, en notre for intérieur et pour chacun, restera la frustration de n’avoir pu garder cette auteure…, ou cet auteur-là, qui nous avait touché.

Georges Vercheval
Directeur honoraire, fondateur du Musée de la Photographie à Charleroi

 

Edition Grain d'Image Paru le 25/02/2013 5.00 euros + frais de port 3,73 euros

8,73 €

 
Catalogue 2013 pages intérieures
 
EDITION 2012 - français
Couverture catalogue B12

C’est avec le plus grand plaisir, et la plus vive des curiosités, que j’ai accepté l’invitation chaleureuse des Boutographies à participer, en tant que président, au jury de leur concours photographique annuel. J’y ai trouvé, tout d’abord, un sélection de dossiers venus des quatre coins de l’Europe, dont la qualité d’ensemble égalait celle que j’ai connu, par exemple, lorsque j’avais la direction artistique du jury du prix photographique HCB. Ceci montre l’ampleur prise par la désormais incontournable manifestation de Montpellier. Participer aux Boutographies devient, chez le photographe amateur ou professionnel, un geste naturel, tant il a pu éprouver le sérieux et l’engagement artistique de leur jury au cours des années précedentes.
Mais, surtout, cette expérience m’a permis de constater comment les Boutographies jouent un rôle critique exemplaire dans l’évaluation de la contemporanéité photographique. Envisager chaque dossier de façon collégiale, dans le cadre de leur jury annuel, en se nourissant de l’expérience active des participants, galéristes, institutionnels de la photographie, ou critiques affirmés, débouche, chaque année, sur une ligne d’observation unique dans la pratique contemporaine. Cette pluralité, gage de choix éclectiques, âprement discutés, donne au concours des Boutographies, et à l’exposition annuelle qui en découle, montrée au Pavillon Populaire, un sérieux et une fiabilité qui, désormais, appartiennent de plein droit au paysage photographique français.
Entre l’action patrimoniale engagée fortement, depuis plus d’une année, dans la programmation du Pavillon Populaire, et l’active représentation, avec les Boutographies, de l’effervescence des images les plus contemporaines, Montpellier se place au cœur d’une expérience de la mostration photographique ambitieuse et nouvelle.

Gilles Mora
Directeur artistique du Pavillon Populaire de la Ville de Montpellier

 

Edition Grain d'Image Paru le 09/06/2012 5.00 euros + frais de port 3,72 euros

8,72 €

 
Catalogue 2012 pages intérieures
 
EDITION 2011 - français
Catalogue 2011 couverture

Les Boutographies sont aujourd'hui reconnues dans le foisonnant paysage photographique européen comme l'une des principales manifestations vouées à la jeune photographie de création. Implantées pour la quatrième année consécutive dans les plus beaux lieux d'exposition de la Ville de Montpellier, elles offrent aux photographes émergents des conditions d'accueil et de visibilité que pourraient leur envier nombre de leurs aînés.
Le catalogue de l'édition 2011 des Boutographies de Montpellier comprend texte et photos des expositions présentées.

 
Catalogue 2011 pages intérieures
 

Edition Grain d'Image Paru le 10/05/2011 5.00 euros + frais de port 3,71 euros

8,71 €

 
EDITION 2010 - français
Catalogue 2010 couverture

Créées en 2001 dans le quartier de Boutonnet à l'initiative de Fanny Dombre-Coste, Christine Oberlinkels et Gabriel Nogue, les Boutographies sont devenues, sous l'impulsion d'Arnaud Laroche et de Peter Vass - bientôt rejoints par Elodie Dubouchet et Christian Maccotta - une manifestation vouée à la jeune photographie de création européenne. Depuis dix années maintenant, l'équipe des Boutographies poursuit le projet de donner un espace aux fonctions diverses et parfois contradictoires de la photographie d'aujourd'hui. Document social, mise en scène ou expérimentation esthétique, la photographie est à sa place lorsqu'elle préserve le rapport particulier au monde qui est le sien : celui d'une présence physique - donc sensible - à une lumière, à un moment, pour produire une image soudain plus forte que le simple visible du lieu et de l'instant réunis. Contre programmation au flot ininterrompu des images publicitaires, télévisuelles, commerciales, touristiques... les Boutographies se veulent aussi un lieu d'accès, à la photographie contemporaine, à ses pratiques en mouvement, en echo et en résonance permanente avec ce qui travaille notre monde et ses représentations.

 
Catalogue 2010 pages intérieures
 

Edition Grain d'Image Paru le 08/05/2010 5.00 euros + frais de port 3,70 euros

8,70 €

 
EDITION 2009 - français
Catalogue 2009 couverture

Le principe qui fonde les Boutographies - Rencontres Photographiques de Montpellier est simple: du côté des photographes, offrir une visibilité à ceux pour qui la photographie est d'abord un espace essentiel de rapport sensible au monde, un événement du visible qui n'a pas necessairement besoin du visible de l'événement; du côté du public, ouvrir grand l'éventail des possibles et des territoires de l'image, quand elle vient pour nous aider à rencontrer un monde multiple et commun,

 
Catalogue 2009 pages intérieures
 

Edition Grain d'Image Paru le 06/05/2009 2.00 euros + frais de port 3,69 euros

5,69 €

 
EDITION 2008 non disponible à la vente en ligne
EDITION 2007 épuisé
Les champs marqués d'une étoile (*) sont obligatoires.
Civilité *
Nom *
Prénom *
E-mail *
Téléphone
Portable
Fax
Adresse
 
CP
Ville
Pays
Message
 
 

En application de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26 de la loi), d'accès (art. 34 à 38 de la loi) et de rectification (art. 36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation, la communication ou la conservation est interdite. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.

 
 

Navigation